Les étapes primordiales pour une bonne intégration de votre chiot au sein de votre foyer 

DSCF8919

 

Aujourd'hui est un grand jour, vous avez adopté un nouveau compagnon. Afin qu'il s'intègre au mieux dans votre foyer, si vous êtes allés le chercher chez un éleveur digne de ce nom, un grand travail a déjà été fait pour vous: votre chiot est habitué à être manipulé, à entendre des bruits quotidiens, à s'adapter à de nouvelles situations, à communiquer avec ses congénères...

C'est maintenant à vous de jouer. Rassurez vous, si vous rencontrez des difficultés un professionnel sera toujours là pour vous aider et vous épauler.

L'apprentissage de la propreté 

La notion de propreté pour votre chiot pour le moment est limitée au fait de ne pas souiller l'endroit où il dort. Il n'a appris à se retenir. Pour qu'il réalise cet apprentissage, la solution la plus rapide et la plus efficace, est de limiter son espace de vie et surtout la nuit. En effet, n'appréciant pas de rester dans ses souillures, il apprendra rapidement à se retenir. Pour cela, la caisse de transport est l'idéal.

La journée, le chiot va faire ses besoins à des moments clés : juste après ses repas, à son réveil et après une grande phase de jeux. Dans ces moments, accompagnez votre compagnon sans tarder à l'endroit voulu. Dés qu'il a fait ses besoins, félicitez-le chaudement. Si votre chiot est trop occupé à explorer le jardin, vous pouvez le sortir en laisse sans trop le stimuler. Vous pourrez le lâchez en guise de récompense dès qu'il aura fait ses besoins.

Dans la maison, si vous le prenez sur le fait, vous pouvez le gronder, le prendre dans vos bras et l'emmener à l'extérieur. Si le délit est déjà fait, à votre découverte, vous ne pouvez plus rien dire. Le chien ne ferait pas la bonne association. Sortez le chien et nettoyez à son insu.

L'apprentissage de la solitude

Votre chien devra rester seul à certains moments. Attention, un chiot ne pourra pas rester 8h seul par jour, sans faire de bêtises. Mais il doit être capable de rester 3 à 4 heures seul, une ou deux fois par jour. Afin d'éviter les dégâts, il est important de lui apprendre à ne pas stresser dans ces instants. Choisissez un endroit calme, limité en tentation de bêtises. Vous pouvez lui laisser à disposition des os à ronger pour chiot, des jeux à mâchouiller en corde, des jeux distributeurs de friandises...

Banalisez au maximum votre départ, pas de long discours, pas de grandes caresses. Le même scénario doit être respecté à votre retour. S'il veut vous faire la fête, ignorez le et attendez son retour au calme pour l'inviter à un moment privilégié.

DSCF9016

L'apprentissage de la morsure inhibée

En jouant avec ses frères et sœurs, votre loulou a déjà commencé à apprendre à maîtriser la force de sa mâchoire. Il est cependant primordial de continuer sur cette lancée. Lorsque le chiot vous mordille et avant même qu'il ne vous fasse mal, criez un grand «  Aiiie » . Ce bruit, lui permettra de comprendre qu'il vous fait mal. Dés qu'il s'arrête, félicitez le. S'il ne lâche pas à votre injonction, vous pouvez le pincer légèrement, la douleur le fera lâcher et vous pourrez alors le féliciter longuement. Cette phase de punition doit être très courte.

Evitez les jeux de balle ou tout objet roulant, ils entretiennent l'excitation, préférez des objets qui s'immobilisent, imposant au chiot un ajustement de ses "gestes".

· Proscrivez tous les jeux de tiraillements, où chacun des partenaires tire de son côté : le chiot apprend à serrer plus fort, c'est l'opposé de notre objectif.

· Dans les jeux de rapport d'objet, ne tirez pas l'objet et ne poursuivez pas le chiot, le jeu ne continue que s'il arrive à lâcher l'objet spontanément.

· Ne le laissez pas mordre sous prétexte qu'il "fait ses dents", il peut mâchonner des objets appropriés et non vos bras ou vos vêtements...

· N'attendez pas que le chien apprenne spontanément en grandissant : plus il est âgé, plus l'apprentissage est difficile !

· Evitez de vous mettre en colère, punir, crier ou frapper : cela augmente l'excitation du chien.

La socialisation

Le chiot doit être confronté à un maximum de situations différentes jusqu'à 10 mois. En effet, à cet âge, sa capacité d'adaptation est assez importante. Il doit rencontrer des personnes différentes (hommes, femmes, enfants, personnes âgées...), des bruits différents (marché, cris d'enfants, moteurs..), des objets variés (parapluie, chapeaux...). Votre chiot deviendra alors un adulte capable de s'adapter aux changements, bien dans ses « pattounes » et équilibré.

Si lors de cette phase, votre chiot présente des signes de peurs (queue entre les pattes, oreilles baissées, tête basse,miction...), ne le caressez surtout pas. En effet, à travers ce comportement que l'humain juge réconfortant, le chien comprend qu'il a raison d'avoir peur et qu'il est félicité pour sa peur. Au contraire, prenez une tonalité entrainante et encouragez le à avancer.

La tolérance aux manipulations

Pour prévenir les risques de morsure, il est indispensable d'apprendre à votre animal à accepter quelques soins. Bien souvent l'eleveur chez qui vous aurez pris votre chiot aura déjà beaucoup travaillé dans ce sens, pour continuer, il est nécessaire de toucher régulièrement les oreilles, contrôler les dents, nettoyer ses yeux, le brosser. Commencez par des moments très courts et qui seront systématiquement récompensé. Petit à petit, augmentez le temps des soins.

DSCF9287_-_Copie

Gérer ses activités

Le chiot a des besoins d'activités, de stimulations diverses dans la journée. C'est à vous de choisir les moments privilégiés entre vous. Les moments de caresses, les jeux, les balades doivent être démarrés à votre initiative et c'est vous qui décidez de leur durée. Si votre chiot vient quémander de l'attention et que pour diverses raisons, vous devez ou vous souhaitez y répondre, demandez lui un exercice simple et bien connu avant de répondre à sa demande. Si le chiot est trop demandeur et trop entreprenant, la meilleure punition reste l'isolement social. Il consiste à isoler le chien dans un endroit pauvre en stimulations et où il sera seul (jardin, garage,cage de transport...). Quand il s'est calmé, vous pouvez alors l'inviter à revenir avec vous.

 Gérer son espace

Le chiot a besoin d'un endroit de repos. Cet endroit doit être dans un lieu calme et peu passant. Son panier doit être respecté des enfants et le chiot ne doit pas y être embêté. Il est important de donner des consignes strictes et claires au chien. Il ne doit pas avoir accès à toutes les pièces de la maison et ceci même le dimanche matin ! Ses repas doivent être pris à un endroit défini et calme lui aussi. Pour lui apprendre à tolérer le passage près de sa gamelle, vous pouvez vous en approchez pour lui donner des croquettes supplémentaires. Ainsi, il associera votre approche à une situation agréable.

N hésitez pas à vous rapprocher de votre éleveur ou d'un professionnel de l'éducation canine en méthode naturelle si vous rencontrez des difficultés avec votre chiot !!!

 

Vous pouvez retrouver Katia sur le forum si vous souhaitez échanger sur cet article.