L'apprentissage chez le chien : Dit comment ça marche ?


Comment le chien apprend-il ? Sur quels critères vais-je pouvoir intervenir pour lui apprendre un comportement souhaité ou éteindre celui génant.

Dans l'éducation ou le dressage, il est essentiel que le conducteur apprenne à  «penser chien». Le but de cet article est de vous faire les points sur les techniques d'apprentissage de nos compagnons et d'y trouver les applications reelles dans la vie courante.

Pour commencer, comment peut-on définir l'apprentissage ?

On parle d'apprentissage lorsqu'on modifie la probabilité d'apparition d'un comportement face à  la présentation d'une situation.

On dit souvent que le chien associe par association d'idées ce qui est en partie la vérité. Mais c'est un peu plus compliqué que cette simple affirmation. On différencie principalement quatre techniques d'apprentissage :

- le conditionnement

- l'apprentissage latent

- l'apprentissage par observation et par imitation

- l'apprentissage par intuition


1. Le conditionnement

A. Le conditionnement classique

Un stimulus connu du chien entraîne une réponse précise de la part du chien. On va précéder ce stimulus d'un autre stimulus. Le chien associant les deux, il apportera la même réponse à  la présence des deux stimuli.

Pour se comprendre, rien de mieux qu'un exemple :
Le chien connaît le mot ASSIS et y apporte la réponse appropriée (il s'assoie). On ajoute un nouveau son (coup de sifflet long) avant le mot ASSIS. Le chien va associer coup de sifflet long est précédé d'ASSIS et apportera la réponse (s'asseoir) dès la présentation de ce stimulus.

Attention que le chien pratique ce conditionnement assez rapidement et peut parfois vous surprendre. Ainsi un chien à qui on apprend le «pas bouger» peut observer son maître. Si celui reste silencieux puis parle uniquement pour rappeler le chien, le chien associera «mon maitre parle "Viens",je retourne à lui». Petit à petit, il reviendra à la première parole du maître même si celui-ci n'est pas l'ordre «viens».

Ce type d'apprentissage dépend de certains facteurs :

- le timing entre les deux stimuli doit être très court pour être associé
- les deux stimuli doivent être présentés de façon systématique
- le nouveau stimulus précédent celui connu doit être nouveau et non présent dans une autre situation

Ainsi si je reprends mon exemple du «pas bouger / rappel», si j'habitue mon chien à parler lorsqu'il est au pas bouger alors il attendra l'ordre «Viens» pour revenir !


B. Le conditionnement opérant


Dans ce type d'apprentissage on va s'intéresser à ce qui se passe après la réponse comportementale du chien.

Reprenons un exemple :

Je présente une croquette à mon chien (stimulus). Le chien s'assoie (réponse). Je lui donne la croquette (conséquence positive). Le chien ayant une satisfaction après sa réponse comportementale risque fortement d'apporter la même réponse lors de la prochaine présentation du stimulus cité.

La conséquence de la réponse du chien peut s'avérer.


Neutre : aucune conséquence n'apparait lors de la réponse comportementale du chien. Le chien n'y trouvant aucun intérêt, il n'apportera plus cette réponse lors de la présentation de la situation de départ. On parle alors d'habituation.

Positive : Une conséquence positive peut être une satisfaction première (friandises, caresses, attention du maître) on parle alors de renforcement positif.
Une conséquence positive peut être également une satisfaction par l'arret d'une situation d'inconfort (je tire sur la laisse "le chien s'assoie" j'arrète de tirer sur la laisse). On parle ici de renforcement négatif.
Le chien y trouvant une satisfaction, il y a de grandes chances qu'il adopte le même comportement lors de la présentation de la même situation.

Négative : La conséquence de la réponse du chien sera désagréable (coup de sonnette sur la laisse ¦) on parle alors de punition positive.
La conséquence peut être également l'arrêt de la situation plaisante pour le chien (le chien me machouille les mains et me fait mal je lui enlève mes mains sans rien dire). On parle alors de punition négative.
Le chien y trouvant une insatisfaction, il y a des chances qu'il n'adopte plus ce comportement lors de la présentation de cette situation.

Pour que la conséquence du comportement du chien soit bien interprétée par le chien, elle dépend de différents facteurs :

- le timing entre la réponse comportementale du chien et sa conséquence doit être très court afin d'être associé l'une à l'autre.

- l'intensité de la conséquence doit être suffisamment élevée pour avoir un impact sur le chien. Ainsi si son niveau nécessitera d'être élevée au début (friandises lors du renforcement positif) on pourra le diminuer petit à petit (caresses sans friandises).

- Sa fréquence : la conséquence devra être la même de façon systématique à toute présence de la réponse comportementale liée au stimulus de départ.

- La motivation du chien : si la motivation du chien est forte, elle peut prendre le dessus sur la punition. Si la motivation du chien est faible la satisfaction devra être forte.


Dans tous les cas et quelque soit le choix de la méthode, on retient que l'on récompense ou punit un comportement et non le chien !!

 

2. L'apprentissage latent

Elle apparaît de façon naturelle par répétition de la même situation. Le chien se sert alors de son expérience pour augmenter sa vitesse, trouver une solutione ¦

Exemple : un chien d'agility qui parcourt plusieurs fois un parcours A sera certainement plus rapide sur le dernier parcours que sur le premier.

 

3. Apprentissage par observation / par imitation

Dans ce cas, le chien a observe un chien B confronté à  un stimulus connu que de B. Face à  la présentation du même stimulus :


- Le chien a adopte la même réponse comportementale que B, on parle d'apprentissage par imitation.
- Le chien a adopte une réponse comportementale proche de celle de B mais pas tout à fait identique. On parle d'apprentissage par observation.

4. Apprentissage par compréhension soudaine

Il s'agit ici d'apprentissage par raisonnement. C'est-à-dire que le chien associe différentes expériences pour trouver une solution à une situation inconnue du chien. Il n'a jamais été prouvé scientifiquement que le chien soit capable d'un tel raisonnement. On peut penser malgré tout que l'expérience du chien entraîne sa capacité d'adaptation.

 


Le but de mon article était de vous présenter les grandes techniques d'apprentissage sans rentrer dans les détails et sans porter de jugement sur chacune d'entre elle (rendez vous sur le forum si vous souhaitez échanger vos avis et vos expériences).

Vous vous rendez compte que vous avez pu déjà  utiliser quelques unes sans vous en rendre forcément compte. J'espère que le fait de les avoir énoncées pourra vous aider à mettre en place de nouveaux exercices ou corriger certains comportements non souhaités...